© 2019 Beaux-Arts Nantes Saint-Nazaire

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean

Partenaires

SUP'IMAX - Institut Supérieur des Arts et Métiers du Numérique

1 rue de Niombré, angle rue Aristide le Dantec, Dakar 21104, Senegal

www.supimax.com

En 2019, l’école des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire et l’école Sup’IMAX consolident leur collaboration dans le domaine de l’enseignement supérieur, de la formation et de la recherche, ainsi que dans la diffusion des connaissances artistiques et scientifiques par la signature d'un accord en mai 2019 visant à faciliter et intensifier les relations de coopération notamment dans les domaines suivants:

  • Accueil d’étudiants (stage, semestre, période plus courte) et suivi de leur démarche (principalement sous forme d’entretien individuel) par l’équipe pédagogique du pays d’accueil;

  • Élaboration et participation à des programmes de formation, d’enseignement et des programmes conjoints;

  • Accueil et/ou échanges d’enseignants-chercheurs, de chercheurs, des personnels administratifs et techniques, d’étudiants.

  • Promotion et participation à toutes formes d’échanges susceptibles de valoriser les activités artistiques, scientifiques et culturelles (documentations, publications, colloques, etc.) élaborées en commun;

  • Réalisation de projets pédagogiques

Musée d’art africain Théodore Monod de l'Institut Fondamental d'Afrique Noire de l'université Cheikh Anta Diop

 

Créée en 1936, pendant la colonisation française (Institut Français de l'Afrique Noire), consacrées aux arts et traditions de l'Afrique de l'Ouest, la collection du Musée d’art africain Théodore Monod (9 000 objets) et sa muséographie ont été conçues sur les modèles occidentaux.

L'Institut Fondamental d’Afrique Noire/université Cheikh Anta Diop (IFAN/UCAD) a été créé sous l’appellation Institut Français d’Afrique Noire par arrêté n°1945/E du 19 août 1936 du Gouverneur général de l’AOF, Jules Brévié. L’IFAN couvrait l’ensemble des territoires de l’Afrique Occidentale Française (AOF) à travers l’établissement de centres locaux (Centrifan) dans plusieurs localités des zones administrées. Devenu Institut fondamental Institut Fondamentale d’Afrique noire en 1966, il sera rebaptisé Institut Fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta Diop de Dakar (IFAN/CAD) en 1986, est un établissement autonome au sein de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui est chargé :

 

  • D’effectuer, de susciter et de promouvoir des travaux scientifiques se rapportant à l’Afrique noire en générale et à l’Afrique de l’ouest en particulier

  • De participer à la renaissance culturelle et à l’africanisation des programmes d’enseignement, notamment en diffusant par tous les moyens les résultats de ses études

  • De collaborer à l’organisation de colloques, de conférences et de congrès internationaux et à l’établissement d’une coopération et d’échanges avec des instituts nationaux et internationaux

  • D’assurer la publication et la diffusion des études et des travaux d’ordre scientifique se rapportant à sa mission

  • De réunir dans ses musées, ses archives et sa bibliothèque les collections scientifiques et la documentation nécessaire à la connaissance et à l’étude des questions intéressant l’Afrique noire

Le CRENAU - Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités

 

Le CRENAU (partie nantaise de AAA - Unité Mixte de Recherche du CNRS) est né en janvier 2015 de la fusion des deux laboratoires de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes (http://aau.archi.fr/crenau).

 

Les recherches du CRENAU s’inscrivent dans le projet scientifique du laboratoire AAU. Dans ce cadre, elles couvrent de nombreux thèmes liés les dimensions spatiales de nos sociétés, à travers le prisme sensible des ambiances architecturales et urbaines, les différentes formes de matérialités architecturales,les multiples dimensions sociales et culturelles des urbanités, instruments et politiques de l’action publique territoriale, à la réalité virtuelle et augmentée, aux cartographies et représentations sensibles de l’environnement construit, à l’adaptation des villes aux changements climatiques, etc.

 

Par son histoire et sa constitution, le CRENAU déploie un large spectre de compétences disciplinaires en architecture, en aménagement urbain et urbanisme, en sociologie, en anthropologie, en histoire de l'art et de l'architecture, en informatique, en physique, en histoire et en arts. Il accueille de nombreux doctorants dans ces domaines. Les membres du CRENAU appartiennent aux établissements tutelles de l’UMR AAU : L’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, L’École Centrale de Nantes, Le Centre National de la Recherche Scientifique, L’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais, L’École des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire.  

Le Crenau développe des recherches scientifiques (architecture, sociologie, anthropologie, histoire, arts, etc.) à partir de coopérations couvrant de nombreux thèmes liés aux ambiances architecturales et urbaines, aux multiples dimensions sociales et culturelles des urbanités, et générant des démarches participatives. Sa convention avec l'école des Beaux Arts de Nantes Saint-Nazaire fait surgir des projets nouveaux telle la recherche collective Penser depuis la frontière (2015-2018) http://penserdepuislafrontiere.fr/

Le projet de recherche Penser depuis la frontière a conduit théoriciennes et artistes à étudier des sujets variés (la DMZ en Corée, curieux objet frontalier, les formes variées de l'essai documentaire,...) et à inventer de nouveaux protocoles d’enquête (Suivre les morts dans leurs migrations, pousser les portes de l’hôtel de ville de Barcelone, relier les expériences artistiques et sociales des années 1970 à nos jours entre l'Europe et l'Afrique).

L'ouvrage éponyme (parution en français et en anglais) contribue à l'analyse des effets transnationaux, des circulations et les migrations des idées, des références et des corps, la contemporanéité de plusieurs mondes, la co-présence temporelle de différentes épistémologies, les processus d'invention de l'Autre, les paradoxes de la mondialisation, ou encore les mutations des outils théoriques et de la situation du.de la chercheur.se