Les projets de recherche

Exposition 

Teg bët gëstu gi 

conçue pour la 14ème Biennale de l'art africain contemporain de Dakar

30 mai - 30 juin 2020

Depuis 2015, nous avons engagé des projets de recherche en collaboration très étroite avec le Musée d’art africain Théodore Monod de l'Institut Fondamental d'Afrique Noire de l'université Cheikh Anta Diop, notamment au travers de l'organisation de 4 journées de recherche :

2015 : Afterimage : Nouvelles visualités au Sénégal

2016 : Enseigner l'art

2017 : Quels Musées au Sénégal pour le XXIe siècle ?

2018 : Le Musée Dynamique de Dakar (1966-88) : Histoire et perspectives

2019 inaugure une nouvelle dynamique avec un nouveau projet de recherche, Ateliers de Troubles Épistémologiques (A.T.E.), avec cette institution pour trois ans (2019-2021), dans le cadre d'une convention avec le Crenau (UMR 1563 CNRS de l’École nationale d'architecture de Nantes).

Ateliers de Troubles Épistémologiques revisite les notions de patrimoine, savoirs et théories de la connaissance au sein du Musée d’art africain Théodore Monod. Articulant Recherche, production, enseignement, il est pensé comme une dynamique de travail originale menée à partir des collections, qui s'incarne en la création d’œuvres (arts plastiques, danse, poésie, slam...) dialoguant avec les champs scientifiques et les savoirs populaires délaissés (botanique, médecine, architecture, linguistique, pratiques spirituelles, etc.), et initiant des collaborations avec de nombreux acteurs de la société sénégalaise.

 

Créée en 1936, pendant la colonisation française (Institut Français de l'Afrique Noire), consacrées aux arts et traditions de l'Afrique de l'Ouest, la collection du Musée d’art africain Théodore Monod (9 000 objets) et sa muséographie ont été conçues sur les modèles occidentaux.

Ateliers de Troubles Epistémologiques est à relier à des projets d'artistes et de chercheurs, notamment en Europe, qui ont exploré les nombreuses questions liées aux collections (artefacts artisanaux ou œuvres d'art, restes humains) et archives conservées dans les musées ethnographiques des anciens empires coloniaux. De plus en plus, ces institutions du Nord font appel aux artistes pour composer avec des héritages historiques encombrants.

En abordant ces sujets du point de vue de Dakar, A.T.E participe d'un dialogue qui permet une recherche commune des chercheurs et artistes du Nord et du Sud en travaillant avec les populations. Ce projet contribue à la réflexion sur la question muséale sur le continent. Dans les musées nationaux en Afrique de l'ouest, le paradigme ethnique hérité de la période coloniale donne lieu à des aménagements et à des actualisations qui visent à rendre compte de la diversité culturelle et de l'unité nationale des différents pays.

 

Au Sénégal, la question muséale est en mutation comme en témoigne l'ouverture récente du Musée des civilisations noires. Ateliers de troubles épistémologiques veut faire surgir, à partir d'une reconsidération des savoirs culturels anciens et contemporains des populations, un espace de travail et de partage inédit qui contribue à générer de nouvelles dynamiques collectives afin de construire autrement l'avenir. Le musée est ici un espace dialogique, de production de connaissances, de nouveaux imaginaires, de spéculations pour l'a-venir, qui réinterroge son environnement, son rôle au sein de la cité et fait émerger de nouvelles approches ayant du sens pour les communautés locales et internationales.

Ce projet de recherche (2019- 2021) qui succède au projet Penser depuis la frontière (http://penserdepuislafrontiere.fr/) est mené dans le cadre d'une convention tripartite entre le Musée Théodore Monod, l'École des Beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire et le Crenau (UMR 1563 CNRS de l’École nationale d'architecture de Nantes).

Ruser l’image, groupe de travail à géométrie variable initié par Emmanuelle Chérel, a réuni à partir de 2012, Mathieu Kléyébé Abonnenc, Lotte Arndt, Patrick Bernier, Latifa Laâbissi, Olive Martin, Mamadou Khouma Gueye, autour de préoccupations communes liées au présent postcolonial. Entre Nantes, Rennes, Metz, Bruxelles, Paris, Dakar, Saint-Nazaire, ce groupe a collaboré avec des artistes, auteur.e.s et militant.e.s, en inventant des propositions aux formats variés.   http://www.luuse.io/dev/ruser/  

© 2019 Beaux-Arts Nantes Saint-Nazaire

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean